Regeb Bounemra, Hamida Ben Ayed, et Hamouda Lasram chefs miltaires et proches conseillers de Hammouda Pacha – رجب بونمرا ، حميدة بن عياد وحمودة لصرم أحد مستشاري المقربين لحمودة باشا

Il ne fait nul doute que Hammouda Pacha par ses réalisations politiques, économiques et architecturales ou par la stabilité qu’il a su renforcer, entrera dans l’histoire comme le fervent défenseur de l’autonomie tunisienne. Ce souverain a su s’entourer des bonnes personnes qui ont contribués au succès de son règne. Nous pouvons citer le puissant Youssef Saheb Etabaa, Mustapha Khodja, ou enfin Slimane Kahia. A côté de ses élites du pouvoir, Hammouda Pacha avait de nombreux conseillers qu’il avait nommés à des postes de confiance, parmi eux Hammouda Ben Abdelaziz, Larbi Zarrouk, Mahmoud Djelouli, des conseillers qui auront consacrés par leurs compétences et tous les moyens ont leurs possessions leurs souverains. Parmi ces proches conseillers, trois sont des chefs militaires auprès desquels Hamouda Pacha demandait conseils et les prenaient en compte dans ses décisions, il s’agit de Regeb Bounemra, Hamida Ben Ayed et Hamouda Lasram.

Hammouda Pacha Bey.

Regeb Bounemra. ( d. 1807)

Cet homme à consacré sa carrière au services de l’Etat et des Beys. Il gravit les échelons des grades militaires jusqu’à devenir Kahia de l’oudjak tunisien. Hammouda Pacha à put compter sur sur lui dans différentes missions, notamment en tant que commandant de l’armée, et s’est caractérisé par son intelligence et son courage. Hammouda Pacha lui avait accordé sa confiance et recherchait les conseils de Regeb même lorsque celui-ci fut atteint d’une hémiplégie faciale l’empêchant de parler, le Bey continua à rechercher ses conseils, et lui répondait par l’écriture.

رجب بونمرا

Palais du Général Hamida Ben Ayed à Djerba, Sedghiane.

Hamida Ben Ayed (d. 1817)

Il est originaire de l’île de Djerba, il occupa les postes civiles et militaires les plus prestigieux au sein de l’Etat Tunisien. Il occupa le poste de Caïd dans plusieurs régions de la Tunisie. Il occupa également le poste d’agent du Bey, et fournissait tout ce dont avaient besoins les invités de la Tunisie venant de Tripolitaine, nourritures, logements et autres. Ce poste témoigne que cet Homme est digne d’une grande confiance auprès de Hammouda Pacha. En plus de cela, comme en témoigne le consul Britannique de l’époque, Ben Ayed était l’un des plus riches tunisiens œuvrant dans dans le commerce extérieure. En ce qui concerne les missions militaires, Hamida Ben Ayed était Général de la cavalerie durant la guerre de la Tunisie contre l’Algérie en 1807, une guerre durant laquelle ce chef montra le courage d’un héros, et nous ne serons pas surpris de son courage si l’on apprend qu’il a dépensé une grande quantité en argent propre, pour mener la deuxième campagne militaire tunisienne contre l’Algérie après l’échec de la première.

Ce Général était l’un des Hommes tunisiens les plus proches de Hamouda Pacha, l’un de ses meilleurs conseillers, Ibn Abi Dhiaf le décrit comme : « Hamida Ben Ayed était toujours à la disposition de son Bey, il siégeait auprès de lui, lui prodiguait ses conseils et influait sur ses pairs.

حميدة بن عياد

Entrée du Palais du Général Hamida Ben Ayed à Bab Jdid.

Hamouda Lasram ( d. 1835)

Cet homme militaire à consacrer sa carrière à l’Etat tunisien et occupa les postes les plus honorables durant le règne de Hamaouda Pacha. Il occupa le poste de Grand douanier de Tunis qui est l’un des postes les plus important de l’Etat. il occupa le poste de chef (Kodja) des zouaves et commandait les armées. Hamouda Lasram était l’un des hommes les plus compétents de Hamouda Pacha dont il se suffisait pour les plus grandes missions, en plus de cela il lui était l’un de ses plus proches conseillers et digne de sa confiance.

Nous ne citerons que ces personnes pour leur spécificités militaires et de conseillers proches de Hammouda Pacha. D’autres personnes ont bien évidemment contribués à la prospérité dont s’est caractérisé le règne de Hammouda Pacha.

Patio du Dar Lasram

حمود ة لصرم

Extrait de : La Politique de Hammouda Pacha de 1782 à 1814, Rachad Al Imam.

Par Kais Ben Ayed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *