Histoire d’un viking ottoman et d’une princesse révoltée

Ali Nouri Bey, suédois converti, ancien Consul général de Turquie à Rotterdam, qui est actuellement à Londres avec sa femme, la Princesse Hairie Ben-Ayad, est l’un des dirigeants éminents du Parti légitimiste turc. Ce Parti revendique et œuvre pour la réinstallation sur le trône de Turquie le Sultan Murad V, qui serait devenu fou quelque temps après son avènement, et fut, de ce fait, provisoirement écarté, et remplacé par son frère Abdul Hamid Vice-Sultan, sous certaines conditions, que ce dernier avait acceptées. L’une des conditions, prétend-on, était de rendre le pouvoir à son frère Murad, le souverain légitime de la Turquie, dès que celui-ci serait en mesure de reprendre le règne. On raconte qu’Ali Nouri Bey a eu plusieurs démêlés avec son ennemi impérial, et a souvent fait la connaissance des prisons politiques d’Abdul Hamid, bien qu’il ait toujours réussi à s’évader. Dernièrement cependant, Ali Nouri Bey a été condamné par ordre d’Abdul Hamid à cent un ans de prison. Ali Nouri Bey espère bientôt la fin du règne actuel en Turquie. Abdul Hamid étant malade, très malade. La reprise du Trône par Murad V donnerait à la Turquie un gouvernement libéral et serait considérée comme le début d’une nouvelle ère pour la Turquie, celle du progrès, de la justice et de la liberté.

Son épouse

Hairie Hanem, une femme charmante et accomplie, c’est la fille de feu Mahmoud Pacha Ben Ayad de Tunis, personnage bien connu de la société française à Paris pendant le règne de Napoléon III, que celui-ci avait honoré de son amitié. La famille de Ben Ayad est l’une des familles les plus anciennes et les plus nobles de la Tunisie. La princesse est la première dame qui ait jamais mis les pieds en Europe avec pour mission de faire connaître la condition sociale de ses compatriotes, en s’engageant dans une campagne mettant en lumière la situation actuelle en Turquie en donnant une série de conférences en Europe.

Extrait et traduit du journal The Sketch 1901.

Kais Ben Ayed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *